Quatre bonbons pour Thymallus

Les rivières commencent à retrouver leur sérénité. La végétation nous offre des couleurs magnifiques, passant du vert au roux, un moment que tout pêcheur d’ombre attend avec impatience. Car c’est le moment de retrouver la tranquillité et l’apaisement de nos cours d’eau après les fortes fréquentations estivales. La pêche de l’ombre en arrière-saison est très intéressante : quelquefois très simple et parfois à vous faire tourner en bourrique. Car Thymallus a cette particularité de nous faire nous arracher les cheveux et de nous obliger de temps en temps à nous plonger dans une profonde réflexion. Le trouver n’est pas le plus difficile car il se place volontiers dans un même profil de veine. De plus, contrairement à une truite, même si il est dérangé, il restera le plus souvent avec ces congénères, alternant phases de nourrissage et de repos. Son point faible : la curiosité. Un paramètre à ne pas négliger.

A lire dans le n °104