Gros streamers d’ouverture.

Pour une grande majorité de pêcheurs à la mouche, l’approche du mois de mars coïncide avec la reprise de l’activité halieutique. après une hibernation forcée de plusieurs mois, l’appel de la rivière fait ressurgir notre instinct de moucheur. Peu ou pas de gobages, des eaux froides ou hautes, des conditions météorologiques incertaines, la partie n’est pas gagnée d’avance ! Cette année, l’hiver particulièrement doux nous réserve peut être d’autres surprises : une éclosion de mouches de mai à la mi-mars ou cinquante centimètres de neige en plaine, allez savoir !

A lire dans le n °113