En sèche coûte que coûte.

Alors que pour certains de nos homologues qui pratiquent d’autres techniques, l’ouverture est évidente, les choses sont souvent plus corsées et de nombreux adeptes de la pêche en sèche préfèrent reporter d’un bon mois leurs premières escapades au bord de l’eau. il faut dire que les eaux souvent trop hautes et surtout très froides ne facilitent pas les choses… Mais rien n’est perdu pour autant !

A lire dans le n °119