Entre Dordogne et Maronne

Chaque année je décide de me la jouer flâneur tranquille le jour de l’ouverture. promettant de me contenter de flairer l’air de la rivière en me promenant à deux pas de chez moi, le long de mes parcours préférés au bord de la Dordogne ou de son affluent la Maronne. Je vais renoncer aux grandes et fiévreuses « expéditions » vers ces rivières que j’aime tant comme le tarn, la dourbie ou les rivières franc-comtoises et espagnoles que je retrouverai plus tard.

A lire dans le n °113